Marjorie Naturopathie (e.i)
Hygiéniste- Naturopathe à Chaponost (Rhône)
 
Marjorie Naturopathie (e.i)
Hygiéniste- Naturopathe à Chaponost (Rhône)
 

Douleurs chroniques : pourquoi réguler son hypersensibilité avec les fleurs de Bach ?

16 Jan 2022 Marjorie Naturopathie Information

109 vues

Les personnes atteintes de douleurs chroniques savent bien que les émotions ont un impact sur leurs maux. Un fort stress et les intestins vont alors se manifester bruyamment, entraînant des diarrhées fulgurantes, une réflexion maladroite, à laquelle on va attribuer un sens plus important qu’il ne devrait y avoir, et voilà  que notre bon vieux lumbago se réveille et nous réveille la nuit, vouloir en faire trop et ne pas prendre en compte que l’on est fatigué, voir cramé énergétiquement, et bien ce sont nos épaules qui deviennent dures comme de la pierre, entraînant des raideurs de cervicales. Tout cela pour nous signifier que nous ne pouvons pas porter le poids du monde entier.
 

Ce ne sont que quelques exemples que vous connaissez, et qu’on peut compléter par des soucis qui vont nous prendre la tête et déclencher des migraines, comme si nous étions dans un étau. Beaucoup d’entre vous on pu entendre dire que leurs problèmes étaient dans la tête. Cela les a révulsés, tout comme moi. Mais à bien y réfléchir, si cela est mal dit ou mal formulé, il est vrai qu’on ne peut pas dissocier le physique du mental : l’un va de pair avec l’autre. Les douleurs du physique influent sur le mental et les douleurs du mental impactent aussi sur le physique. J’aime particulièrement utiliser les fleurs de Bach et leurs subtilités pour vous accompagner.  Alors comment réguler ses émotions avec les fleurs de Bach ?

1- Qui est la personne hypersensible ?

« J’angoisse rien qu’à l’idée de ces vacances, j’ai peur d’avoir mal pendant le voyage et de ne pas dormir correctement. »

« Je suis une éponge émotionnelle : un rien me touche et m’émeut au plus profond de moi ».

« La douleur des autres, c’est comme si c’était la mienne. »

« Le lâcher-prise ? Je n’y arrive jamais. J’ai trop de choses dans ma tête ».

Toutes ces phrases vous parlent ? Vous vous reconnaissez dans leur lecture ? L’hypersensibilité émotionnelle se caractérise par une sensibilité émotionnelle plus fortement ressentie (hyper= au-delà) par rapport à certaines émotions.
 

Elle se manifeste par une plus grande complexité dans la gestion de la réaction à donner à ses émotions, qui deviennent souvent plus difficilement vivables dans le quotidien de la personne, et pour son entourage, privé ou professionnel. D’ailleurs, bien souvent, on catalogue la personne hypersensible d’entière, de « brute de décoffrage », de « sans filtre », car elle prend tout au sens premier des choses.

Elle n’est pas en capacité à mettre de la distance entre le fait qu’elle ressent, et sa réaction émotionnelle qui part au quart de tour.
 

C’est la chercheuse et psychologue Elaine N. Aron qui a posé la définition suivante de la personne hypersensible : elle dit que 20 % de la population serait hypersensible. Dans ces 20%, 30% seraient extravertis et 70% seraient donc introvertis.

L’hypersensibilité serait innée. Les hypersensibles sont des personnes qui souffrent de cette situation. Ils ne se sentent pas en phase avec les autres, car on ne les comprend pas et on ne comprend pas leur mode de fonctionnement. Ils font preuve de beaucoup d’empathie vis-à-vis de leur entourage : c’est ce qui les rend perméable aux émotions des autres. Ce sont aussi des personnes qui ont une grande créativité : beaucoup d’artistes sont des hypersensibles.

Ils voient, ressentent des choses que les autres personnes ne perçoivent pas. Certains appellent cela de l’intuition, mais en fait, ils vont prendre en compte ses subtilités que les autres ne voient pas.

2- Comment l’hypersensibilité émotionnelle se traduit -elle sur le plan des douleurs physiques ?

On retrouve cette problématique de l’hypersensibilité émotionnelle chez beaucoup de personnes atteintes de douleurs chroniques, comme dans la fibromyalgie, ou le syndrome de fatigue chronique. Quand on dresse le « portrait robot » de la personne qui a des douleurs chroniques, très souvent on retrouve les points suivants :

  • c’est une personne très dynamique,
  • qui ne s’écoute pas,
  • qui donnerait sa chemise pour aider les autres,
  • un(e) guerrier(ère).

Mais lorsque la « mal à dit » se déclenche, on se rend vite compte que ce roc réagit aux stimuli que lui renvoient son environnement très fortement, aussi sur le plan physique.
 

Tout va être majoré en terme de douleurs : dans des maladies comme la fibromyalgie ou la spondylarthrite ankylosante, on retrouve:

  • des crampes le jour comme la nuit malgré une bonne hydratation,
  • un colon très irritable et hypersensible aux émotions, ce qui entraine une des diarrhées et de la constipation,
  • un système digestif qui va réagir aux stimuli olfactifs par exemple : les odeurs (parfums, nourriture…) vont être ressenties plus fortement, ce qui va se traduire parfois par de violentes migraines pouvant aller jusqu’à la nausée.
  • Le stress, les angoisses, l’anxiété peuvent entraîner des sensations de boule dans la gorge, de gène respiratoire, comme si on étouffe,
  • mais aussi avoir des conséquences sur le système cardiaque : l’hypersensible en fonction des émotions a le cœur qui s’emballe, ce qui provoque des palpitations, de la tachycardie aussi voir de l’hypertension pas toujours bien contrôlée, à cause des montagnes russes émotionnelles.
  • Comme tous les sens sont exacerbés, les stimuli lumineux sont aussi source de douleurs au niveau des yeux, de photophobie. Le toucher est devenu aussi très délicat : du fait des douleurs physiques éprouvées, mais aussi, parce que la sensation est multipliée. Celui-ci peut devenir insupportable.

L’objectif de l’organisme étant d’être le plus en équilibre, atteindre celui-ci nécessite de prendre beaucoup sur soi. Beaucoup d’hypersensibles émotionnels sont des personnes très fatigables de ce fait. Même leur sommeil n’est plus réparateur : du fait des douleurs physiques, qui entraînent des problématiques émotionnelles, mais aussi l’inverse est réciproque.

On comprend d’autant plus que le lâcher-prise soit complexe pour ces personnes, car leur cerveau possède un système neurosensoriel plus fin et plus développé que chez les personnes qui ne le sont pas. Leurs connexions neuronales sont plus développées et les neurones miroirs qu’ils possèdent sont plus dynamiques. Leur cerveau capte plus de choses, plus rapidement
 

3- Comment les fleurs de Bach peuvent accompagner la personne hypersensible à vivre mieux ?

Les fleurs de Bach ont été créées dans les années 1930 par le médecin Anglais Edward Bach. Il avait constaté chez ses patients, que selon l’attitude émotionnelle face à une même maladie, les malades n’avaient pas les mêmes chances de réussir à surmonter cet obstacle. Il est un contemporain d’Hahnemann, père de l’homéopathie, dont les travaux ont suscité chez lui un grand intérêt, en particulier le processus de dynamisation.

Il a déterminé sept catégories d’émotions comme la peur, la solitude, l’hypersensibilité aux influences des autres (…), pour lesquels il a trouvé des fleurs aux vibrations uniquement positives. Elles sont au nombre de  38, et le 39ème élixir est celui dit de secours. L’objectif est de prendre en compte la globalité de l’Être.
 

Les fleurs de Bach vont agir en douceur et en profondeur. La prise des élixirs s’effectue sur une durée minimale de trois semaines. L’objectif de Bach est de permettre à une des 7 émotions qu’on dit être négative, d’en sortir du positif. Car il y a toujours du positif ! Dans l’hypersensibilité, quelle chance de pouvoir capturer des finesses que les autres ne peuvent pas saisir ! Mais par contre, il faut limiter le côté envahissant, ou anxiogène.

Lors du rendez-vous de conseils en fleurs de Bach avec mes clients, ils répondent à un questionnaire précis par rapport à une problématique précise. Ici, par exemple dans le cas de l’hypersensibilité, on pourrait imaginer que le client puisse me dire qu’il réagit violemment aux critiques qu’on lui fait ou à des réflexions qui pourtant sont anodines.

Sa réaction est donc disproportionnée. Mais il n’arrive pas à la contrôler. Dans son élixir composé, la fleur de Bach Cherry Plum ou prunus est toute désignée pour calmer ce débordement.
 

Les fleurs de Bach dans le cas de l’hypersensibilité vont permettre de travailler sur

  • le stress,
  • les angoisses,
  • l’anxiété,
  • la fatigue que les réactions peuvent entraîner avec par exemple l’élixir Olive (olivier), utile dans les fatigues physiques et psychiques.
  • Les idées envahissantes
  • les peurs...

  Dans un élixir composé, sept fleurs seront intégrées, l’élixir de secours, « Rescue », pourra être pris en plus.

4- Et pour conclure ?

L’hypersensibilité émotionnelle peut parfois être dure à vivre. Elle peut être cause et conséquence de la douleur. Sa prise en charge allopathique est évidente, mais la supplémentation sans danger avec les fleurs de Bach est d’une grande utilité. Les fleurs de Bach sont compatibles avec tous les traitements. Il existe différentes formes d’élixir, avec ou sans alcool pour leur stabilisation. Faire de son hypersensibilité un atout sans que cela engendre des douleurs supplémentaires, voilà un joli objectif pour cette nouvelle année !

Faites l’essai en prenant rendez-vous avec moi en présentiel ou en visioconférence.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Polyarthrite rhumatoïde: comment la magnétothérapie peut vous soulager?

Pourquoi l'arrêt du lactose dans les douleurs articulaires est inutile?

Pourquoi limiter le sel dans les maladies auto-immunes ?

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.