Marjorie Naturopathie
Naturopathe à Irigny (Rhône)
Marjorie Naturopathie
Naturopathe à Irigny (Rhône)

Douleurs chroniques, Fibromyalgie, autres maux et CBD: comment profiter de son potentiel en toute sécurité?


Le cannabis sativa existe depuis la nuit des temps. Il accompagne l’Homme depuis les temps les plus anciens. Ce dernier en a fait différents usages, de la fleur à la tige, en passant par les feuilles. Les fibres lui ont servi pour la confection de tissus, de cordes, ou de voiles pour les bateaux. Les graines ont été utilisées autant pour l’alimentation humaine qu' animale, quant aux feuilles, elles ont été transformées en remèdes, ou fumées lors de rituels religieux.

Aujourd’hui, de plus en plus de boutiques, et même de publicités sur nos écrans fleurissent, et font la promotion du CBD, qui n’a rien à voir avec le cannabis qui contient du THC. Le CBD a des propriétés thérapeutiques assez formidables, à condition d’avoir accès au bon produit, car tout ne se vaut pas sur le marché.

Alors, si vous voulez savoir comment profiter de ses merveilleuses propriétés, en toute sécurité, lisez mon article !

1- CBD ou cannabiol ?

Notre corps est composé de très nombreux récepteurs. Ce sont des protéines situées à la surface de nos cellules, et qui ont la particularité de fixer une molécule mobile, chargée quand à elle, de transmettre une information, comme les neurotransmetteurs ou bien les hormones.

Quand cette molécule se fixe sur un récepteur, un message va être envoyé : il peut être intra cellulaire ou bien extra cellulaire. C’est donc ainsi que le corps peut provoquer une réponse.

Vous connaissez déjà des récepteurs que vous utilisez continuellement : ce sont des organes des sens que sont, la vue, l’ouïe, le toucher, le goût et l’odorat. Ils vont recevoir un stimuli qui déclenchera une réaction de notre part. Par exemple un enfant qui joue au football voit le ballon arriver. Ici c’est son œil qui reçoit le stimulus, l’image est envoyée au cerveau qui va traduire la réaction par la moëlle épinière. Cette réaction sera par exemple d’actionner la jambe pour réceptionner le ballon. On parle ici des récepteurs sensoriels, mais il en existe d’autres, en lien direct avec notre santé.

Ils permettent de maintenir quelque chose qui est cher à la naturopathe que je suis, et qui est l’objectif fondamental de nos rendez-vous clients : l’homéostasie. Il s’agit de l’équilibre biochimique de notre corps. Ce système a été découvert avec une équipe de chercheurs israéliens et s’appelle le système endocannabinoïde puisqu’il est à l’intérieur de notre organisme.

2) Qu’est-ce que le système endocannabinoïde ?

Il a été découvert suite à une autre découvert : celle du THC qui est la molécule qui fait planer et qui est interdite en France. C’est la même équipe de chercheurs israéliens qui a mis en lumière le système endocannabinoïde, trente ans après celle du THC. Il semble que ce système ne soit pas uniquement présent dans le cerveau, mais dans tout l’organisme. On retrouve son implication dans :

  • Le développement de la plasticité cérébrale
  • Le développement neurologique
  • La mémoire
  • Le sommeil
  • L’état émotionnel et le stress
  • La douleur
  • La fonction immunitaire
  • La fonction cardiovasculaire
  • La régulation de l’inflammation
  • L’appétit
  • Le métabolisme énergétique
  • La digestion
  • Le développement osseux
  •  La reproduction (etc)

 

Le système endocannabinoïde est fondamental pour notre corps et pour la régulation de ses fonctions physiologiques.
 

3-Où se situent les récepteurs du système endocannabinoïde ?

Les principaux récepteurs (CB1) se trouvent dans le sytème nerveux central composé du cerveau, du cervelet, de la moëlle épinière, et aussi dans le système nerveux périphérique que sont les nerfs.

On en trouve aussi dans les muscles, dans les globules blancs, dans les cellules adipeuses, dans les cellules cardiovasculaires, dans l’appareil urinaire et reproducteur, dans le cœur, dans l’appareil ostéoarticulaire, dans les surrénales, dans les yeux, et beaucoup dans le système immunitaire (récepteurs CB2).

Sur ces récepteurs, se fixent 2 molécules qu’on retrouve chez les mammifères et chez les humains.

Les fleurs du chanvre, en particulier le cannabis sativa, ont une affinité spéciale avec ces récepteurs, avec des effets biologiques et psychologiques intéressants. Dans ces substances, il y a le THC, interdit en France car considéré comme une drogue, et en parallèle, il y a le CBD (cannabiol), qui est la molécule légale, et qui elle, ne crée pas  de dépendance, et aux propriétés découvertes il y a peu.

Les  endocannabinoïdes sont synthétisés par notre corps.

L’anandamide, qui est une des 2 molécules qui se fixe sur les récepteurs, doit son nom au sanskrit « ananda », qui signifie « béatitude », à cause de l’état d’euphorie psychologique et physiologique, correspondant sur le plan végétal au THC. L’autre molécule est la 2-AG, qui est fabriquée à partir de la membrane cellulaire, qui dépend de notre alimentation, et en particulier des oméga 3.

Ces endocannabinoïdes vont se retrouver au niveau de nos synapses, qui permettent la diffusion de l’information et la liaison entre les neurones.
 

L’anandamide est très vite absorbée par les neurones pour être dégradée.

Quant à la 2-AG, elle se lie aux récepteurs CB1 et CB2, et est aussi dégradée. Les 2 régulent la sensibilité de la sérotonine, de la dopamine, du GABA et du glutamate dans le système nerveux central, donc de façon directe, ou indirecte, le système endocannabinoïde régule la douleur, l’inflammation, la réponse immunitaire, l’appétit (le CBD le réduit contrairement au cannabis), la thermorégulation, le métabolisme énergétique, la dépression, la mémoire et la fertilité.

4- Que sont les phytocannabinoïdes ?

Ils proviennent du végétal qui en contient plus de 100 sortes, dont le THC aux effets planants. Parmi les autres, il y a le cannabiol (CBD), le cannabigerol (CBG), le cannabinol (CBN), le cannabichromène (CBC) et l’olivetol. En plus, on retrouve des terpinoïdes comme dans les huiles essentielles (exemple: le linalol), qui jouent sur l’odeur du produit, mais aussi qui ont un effet « entourage », en particulier, le THC.

Les terpinoïdes ne sont pas présents dans le CBD qui est un produit extrait pur.
 

La législation européenne autorise l’utilisation de graines de chanvre, qui contiennent moins de 0,2% de THC dans la plante, et dans le produit fini, il ne doit pas du tout y en avoir.

5- Qu’est-ce que le chanvre ?

Le chanvre est différent du cannabis.

Il s’agit d’une plante herbacée annuelle qui nous vient d’Asie Centrale et Occidentale. Chanvre et cannabis sont connus sous le nom de cannabis sativa. Ces 2 formes sont identifiées comme une seule et même espèce divisée en 3  catégories : sativa, indica et ruderalis.

Biologiquement, leur composition est différente, en particulier dans la partie florale de la plante. Le chanvre industriel est quant à lui autorisé sous certaines formes, à condition de ne pas dépasser 0,2% de THC dans les graines et la fleur, quand on fait pousser, MAIS le produit fini ne pas du tout en contenir, ou de simples traces, car autrement il est illégal. Ceci est très important à comprendre, car aujourd’hui, il y a beaucoup de boutiques qui en vendent sans fournir de certificat d’analyses. Or, si d’une façon ou d’une autre il y a  du THC dedans et qu’il vous arrive un souci, vous pouvez avoir  des problèmes, car vous ne devez pas avoir de THC dans le sang.

Neuf variétés de chanvre industriel sont autorisées à la commercialisation en France. On les retrouve surtout dans la production d’huile, de fibres, de graines et de cellulose. La France est actuellement le 1er producteur de chanvre industriel en Europe.

6- Qu’en est-il des variétés de chanvre psychotropes ?

Il en existe 3 sortes connues sous plus de 350 différents noms. La recherche s’intéresse à leurs propriétés sur le plan médical et bien être qui pourraient un jour être mises en place. Leurs modes d’administration sont variés : fumés, en gouttes, en tisane, en teinture-mère…. Les médecins, sous certaines conditions peuvent les prescrire à leurs patients.

Il en existe 3 sortes connues sous plus de 350 différents noms. La recherche s’intéresse à leurs propriétés sur le plan médical et bien être qui pourraient un jour être mises en place. Leurs modes d’administration sont variés : fumés, en gouttes, en tisane, en teinture-mère…. Les médecins, sous certaines conditions peuvent les prescrire à leurs patients.

Ces 3 variétés sont :

  • Le cannabis indica, qui est interdit et illégal en France
  • Le cannabis sativa, qui est légal en France,  à condition qu’il contienne moins de 0,2% de THC dans la plante en culture
  • Le cannabis à CBD, qui est légal en France,  à condition qu’il contienne moins de 0,2% de THC dans la plante en culture.

Le cannabis ne peut pas être présenté favorablement, car cela tombe sous le coup de la loi.

7-Qu’est-ce que le CBD ?

Avec le THC, il fait partie des phytocannabinoïde les plus étudiés. On trouve de 0,1 à 2,9 % de chanvre par unité de matière sèche. Le nombre d’études sur CBD est exponentiel depuis 5 ans (plus de 1500 pendant cette période), pas seulement en France.

Le CBD n’est pas une découverte récente. On le connaît depuis les années 1940, mais à l’époque, il était considéré comme toxique. L’effet psychotrope du THC est dû au positionnement d’une seule molécule, qui diffère du CBD.

Il se retrouve dans les principes actifs de 3 médicaments, lesquels ne peuvent être obtenus que sur des ordonnances spécifiques.

8- Quelles sont les propriétés du CBD?

En dehors de notre pays, le CBD est utilisé par les professionnels de santé dans les cas suivants :

  • La toxicomanie, la lutte contre toutes les addictions (alcool, drogue…)
  • Dans l’inflammation chronique des tissus
  • Dans les troubles anxio-dépressifs à cause de son rôle rééquilibrant sur les neurotransmetteurs.
  • Sur la douleur chronique
  • Sur les nausées

In vitro, on s’est rendu compte que cela stoppait la croissance de cellules cancéreuses.

En dehors de la France, il y a des psychiatres qui utilisent le CBD dans le cas de la schizophrénie, en l’associant aux traitements de leurs patients, qu’ils diminuent.

On l’utilise dans les troubles du tonus musculaire. Il a été démontré que le CBD avait un effet antioxydant, et neuroprotecteur.

 

Au niveau de l’inflammation, il a été démontré que le CBD a une action plus de 100 fois supérieure à celle de l’aspirine. Il a été prouvé une action positive (sur les animaux) sur :

  • L’inflammation articulaire
  • L’inflammation de la cornée
  • L’inflammation du colon
  • L’inflammation de l’encéphale
  • L’inflammation de la myéline qui est la gaine des nerfs (très utile dans la SEP)
  • L’inflammation du pancréas
  • L’inflammation du tissu pulmonaire.

Sur ces points-là, il existe quelques études sur l’Homme. Il y a aussi des essais sur l’utilisation du CBD en gel pour l’application locale sur la peau et sur l’inflammation.

Le CBD a un effet adaptogène interessant. Il agit à différent étages de l’inflammation comme sur les prostaglandines qu’il fait diminuer et qui provoquent l’inflammation et la douleur.Entrez votre texte ici

9- Comment le CBD agit-il sur l’immunité ?

Il a été démontré que le CBD a la capacité à réguler l’immunité, en particulier, les lymphocytes T qui sont nos globules blancs. Cette immunité cellulaire se fabrique dans la moelle osseuse et fait sa maturation se fait dans le thymus. Vous retrouvez son taux lorsqu’on vous fait doser le NFS dans le sang. Elles jouent un rôle de bouclier de notre organisme qu’elles défendent contre les infections.
 

Ils ont aussi la mémoire des caractéristiques des agents pathogènes qu’ils détruisent : cela leur permet de les reconnaître plus vite s’ils tentent d’infecter encore l’organisme, et de réagir plus rapidement aussi. Il régule aussi l’immunité humorale.
 

Sur des personnes transplantées, on a aussi testé le CBD et on a pu constater la réduction très importante du rejet de la greffe et du greffon.

On a aussi constaté la capacité du CBD à moduler les réactions d’hypersensibilité que l’on retrouve dans les allergies, mais aussi dans les pathologies comme l’asthme qui obstrue les bronches.

10- Comment agit le CBD au niveau de nos neurones et de nos émotions ?

Il protège nos neurones et nos nerfs. L’anandamide est stimulé lors de la prise de CBD. Elle intervient dans la mémoire, la cognition, dans la gestion des émotions, dans celle de la douleur, dans la motricité, dans l’addiction et dans la prise alimentaire qu’il réduit, contrairement au THC qui l’augmente. On a aussi démontré un effet antidépresseur dans le CBD. Dans le syndrome de stress post traumatique dont on entend beaucoup parlé suite à la crise COVID, qui a aussi touché de plein fouet le personnel soignant, il s’avère très efficace, ainsi que dans les troubles anxieux.

Le CBD serait aussi intéressant à titre de complémentarité dans 3 pathologies que sont :

  • la maladie d’Alzheimer,
  • la dépression sévère
  • et pour réduire les symptômes de la maladie psychotique.

En fonction de la personne et de la dose de CBD, il peut aussi améliorer très rapidement la qualité du sommeil.

Certaines études vont dans le sens de l’utilisation du CBD dans les troubles du tonus musculaire liés à la maladie de Parkinson.

10- Quel est l’intérêt du CBD dans le cancer ?

Des études in vitro ont démontré que le CBD réduisait l’agressivité de l’expression de certains gènes responsables de la diffusion des métastases dans le cancer du sein, de la prostate et du glioblastome. La question est de savoir si le CBD pourrait être envisagé comme une thérapie complémentaire dans ces traitements. Certains pays l’essaient avec des résultats intéressants.

Le CBD empêche la formation de vaisseaux qui nourrissent la tumeur, il favoriserait donc la mort des cellules cancéreuses, tout en stoppant leur multiplication. Il permet de mieux tolérer les traitements anticancéreux (radiothérapie et chimiothérapie), en favorisant l’utilisation des doses de médicaments moins importantes. Il ralentit la progression de plusieurs types de cancers.
 

11- Un effet sur l’épilepsie ?

Des recherches sont actuellement en cours, mais elles vont dans le sens suivant : dans les épilepsies sévères, (avec résistances aux traitements conventionnels) chez l’enfant, il pourrait remplacer les traitements sans les effets indésirables.

12- Peut-on l’utiliser en cas d’addictions ?

Les personnes ayant pris du CBBD ont pu réduire jusqu’à 40% leur consommation de cigarettes. Dans le sevrage tabagique, il est utile de songer à l’utiliser comme un outil, mais aussi dans le cadre d’autres addictions. Des études ont montré que la prise de 400 à 800 mg de CBD par jour, sont plus sûres et plus efficaces que le placebo, pour réduire la consommation de cannabis.

Le CBD pourrait dont aussi entrer dans la stratégie de sevrage des drogues dures, y compris l’alcool.
 

13- En naturopathie, quelles sont ses autres utilisations ?

On peut le conseiller dans les cas de nausées et de vomissements, ainsi que dans l’accompagnement de l’ostéoporose.

Il faut garder en mémoire que le CBD est une plante adaptogène, c’est-à-dire qu’elle augmente les défenses de l’organisme face aux différentes sortes de stress qu’il subit (physique, psychique, chimique..). Il n’a pas de cible particulière dans notre corps comme un organe par exemple. Son action est globale, simultanée, sur différents niveaux. Il est très actifs sur :

 Les troubles de l’humeur

Les troubles du sommeil

Le stress chronique

Les addictions de tout type

Les psychoses

L’épilepsie

La prévention cardio-vasculaire et neurodégénérative

Il a des effets anti inflammatoires, anti douleurs, appréciés dans les douleurs chroniques et la fibromyalgie, et il module positivement notre système immunitaire.

Rappelons que le CBD n’a rien à voir avec le THC et qu’il n’a pas les effets indésirables de ce dernier. Le CBD est légal, contrairement au THC.

Rappelons que le CBD n’a rien à voir avec le THC et qu’il n’a pas les effets indésirables de ce dernier. Le CBD est légal, contrairement au THC.

Si une personne prend des médicaments régulièrement, on ne lui proposera pas du CBD à forte dose. Il stoppe certaines enzymes du foie (organe d’élimination), et à une élimination urinaire et biliaire lente. Le CBD oral est très fortement transformé par le foie. Ce qui signifie qu’on l’utilisera à des doses réduites et sur un temps donné. Toutefois, le CBD est très peu toxique chez l’Homme. On améliore sa biodisponibilité quand on le met dans un substrat huileux comme l’huile de chanvre. La vie du CBD dans l’organisme va de quelques heures à quelques jours selon la forme de l’administration.

13-Quels sont les effets indésirables du CBD ?

Comme pour tout, il faut garder raison. A très forte dose, il augmente le taux de transaminases du foie et donc l’abîme, surtout s’il est associé à certains médicaments. On s’aperçoit qu’à l’arrêt du CBD, le taux de transaminases chez les personnes ayant ce souci redevient normal.

En fonction de chaque individu, la sensibilité au produit est différente. Certains cas de somnolence ont été rapportés. C’est pour cela qu’on commence avec peu de produit. Pour éviter le passage par le foie, la forme sublinguale du produit est priorisée, d’autant plus quand le CBD a été mélangé à de l’huile.

14- Et pour conclure

Le CBD est un complément alimentaire qui, comme tout complément ne se prend pas à la légère. Je ne le conseille que dans certains cas, et après anamnèse, et vérification de la compatibilité de sa prise avec le seul laboratoire qui pour moi est une référence, et qui ne vous est accessible que sur ma recommandation. Ce dernier est conçu par des médecins et nous sommes toujours en formation grâce à eux. Leur produit bénéficie de tous les certificats de conformité avec la loi et comporte donc 0% de THC.

J’ai pris leur CBD suite à un claquage au mollet que je me suis fait au sport. La douleur et l’inflammation étaient intenses. J’ai accompagné cette prise d’une semaine, de 4 gouttes, 2 fois par jour, de la pose des aimants de magnétothérapie. J’ai ressenti les premiers bienfaits dès le premier jour de prise. Je l’ai aussi conseillé à ma maman lorsqu’elle a des poussées de douleurs suite à une déchirure de la coiffe d’une épaule. Mêmes résultats. Le CBD peut être utilisé de façon ponctuelle, ou en cure de quelques jours, avec obligation d’un arrêt pour ne pas surcharger la fonction hépatique. Il ne se substitue pas à vos traitements médicamenteux qui doivent être poursuivis.

Pour bénéficier de ses propriétés, en toute sécurité, suivez les conseils de votre naturopathe.


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.